Jean-Michel Pouzet / Expo Photo « Séries Surjectives »

(c) Jean-Michel Pouzet
Chargement de la carte…

Date / Heure
Date(s) - 05/03/2018 - 16/03/2018
10:00 - 19:00

Emplacement
Le Garage

Catégories


5 mars 2017 au 16 mars 2018

Garage / 42 rue des Halles, 44600 Saint-Nazaire

Jean-Michel PouzetJean-Michel Pouzet. Photographe plasticien, installé près des Sables d’Olonne, je pratique une Photographie contemporaine, minimaliste, coloriste et narrative, où l’interprétation allégorique est de mise. L’exposition «Séries surjectives » présente dix séries, composées de grands formats de 90X120 et 90 X67, qui s’évadent dans des histoires éloignées de toutes objectivité ou subjectivité, où les mots se mettent au niveau des images pour composer des sortes de fabulettes, miroir critique de notre monde actuel. Elle fait suite à deux autres expositions, « Une Autre Réalité » et « Impressions symboliques » qui dès 2010 réunissaient des séries dont « La Dame Tatouée », « Le triangle sensuel », L’origine du monde » ou « le carrosse du moine », des expositions vues et reconnues dans de nombreux lieux en France et au Québec.

C’est une présentation artistique originale, qui tranche avec la photographie traditionnelle ; elle explore une abstraction, très colorée, un symbolisme chantant sur la morale, le social ou la sensualité…

Jean-Michel Pouzet / Photographe auteur (siren n° 525 359 030) Vit près des Sables d’Olonne (85). Ex enseignant en Économie. Collabore au journal Ouest France. Fondateur dans les années 70 du groupe Talasa à Nantes pour une photographie sociale. Milite désormais pour une photographie plasticienne se délivrant de certaines normes académiques. De très nombreuses expositions partout en France et à l’étranger.

Le style est marqué par l’utilisation de grands formats (120X90), des images minimalistes aux couleurs éclatantes, des jeux de lignes et des formes. Les sujets sont présentés sous forme de séries, des images en duo avec un texte d’une vingtaine de lignes. Les clichés représentent des objets photographiés en gros plan sur un écrin de ciel, objets qui perdent toute signification objective, totalement détournés de leurs fonctions premières.

La surjectivité (=ni objectivité, ni subjectivité) est revendiquée comme entrant dans un expressionisme au discours intime. La présence d’un texte montre une facette littéraire de la photographie, ajoutant une strate à la narration.

L’image et le texte s’entrelacent alors et s’illustrent mutuellement, l’image ayant été le germe de l’idée présentée.

Le visiteur est appelé à faire usage des deux lectures : celle du texte, celle de l’image et de les gouter ensemble comme si l’une était le miroir de l’autre, comme si l’écrit plus l’image étaient le texte et la musique d’une « chanson photographique »

Les « Séries surjectives » représentent le troisième opus de cette démarche artistique, après les deux autres expositions « Impressions symboliques » et « Une Autre réalité »

Pour plus d’ informations télécharger le dossier de presse en cliquant ici svp…